Amanda Knox et Raffaele Sollecito – Résumé de l’affaire

La plus grande erreur judiciaire du vingt et unième siècle

Résumé de l'affaire : les médias ont montré aucun intérêt dans la preuve et les faits de l'affaire.
Comme durant l’affaire Chamberlain les médias n’ont montré aucun intérêt pour les preuves de l’affaire où même le meurtrier Rudy Guede.

Résumé de l’affaire Amanda Knox et Raffaele Sollecito : Lorsque les historiens vont reconsidérer en rétrospective les affaires judiciaires des exemples marquants d’erreur judiciaire grave vont se démarquer. Ils se distinguent pour un certain nombre de raisons, partant du plus évident, des innocents accusés et poursuivis suite à une série d’étonnantes erreurs d’appréciation et de jugement. Des erreurs judiciaires aggravées par l’influence des médias ignorants ou malveillants et par une joie malveillante et peu cachée d’une grande partie de la population. Les affaires d’erreur judiciaire acquièrent une vie indépendante en dehors de la salle d’audience du tribunal et sont discutées en public, sur les lieux du travail, les habitations et les bistrots. Ils deviennent symboliques, exemples de préjudice. Ils inspirent des militants et font accroupir des procureurs et des autorités judiciaires serrant les coudes et commencent à défendre l’indéfendable.

En 1894 Alfred Dreyfus, un officier de l’armée Française, a été reconnu coupable d’espionnage. Il a fallu onze ans pour démêler le cas. Au moment où il a été exonéré le gouvernement et l’appareil de l’Etat étaient fortement secoués. Réhabilité, le capitaine Dreyfus est réintégré dans l’armée au grade de commandant et participe à la Première Guerre mondiale. Il meurt en 1935. Cette affaire est souvent considérée comme le symbole moderne et universel de l’iniquité au nom de la raison d’État, et reste l’un des exemples les plus marquants d’une erreur judiciaire difficilement réparée, avec un rôle majeur joué par la presse et l’opinion publique.

En Australie en 1980, Azaria Chamberlain, une petite fille a été enlevée et tuée par un dingo (chien sauvage). La mère de l’enfant Lindy Chamberlain (maintenant Lindy Chamberlain-Creighton) a été arrêtée, accusée et condamnée à réclusion à perpétuité pour le meurtre de son enfant. Huit ans plus tard, en 1988, la Cour d’appel du Nord du territoire a annulé à l’unanimité la condamnation et Lindy Chamberlain a été libérée et accordée une indemnité de 1.5M$ pour sa séquestration. Ce n’était qu’en 2012, plus de trente ans plus tard et après une quatrième enquête qu’il a été finalement statué que Azaria avait été tué par un dingo. Le cas de « Dingo Baby » est probablement la plus célèbre affaire judiciaire de l’histoire de l’Australie. Un rôle majeur dans cette affaire d’erreur judiciaire peut de nouveau être attribué à la presse et à l’opinion publique.

Les humains sont faillibles. Les systèmes judiciaires sont faillibles. Ils font des erreurs.

Actuellement, nous avons le cas de Meredith Kercher qui a été assassinée par Rudy Guede à Pérouse en Italie le 1er novembre 2007. Amanda Knox et Raffaele Sollecito ont été injustement poursuivis et diffamés à travers le monde entier tout comme l’ont été Alfred Dreyfus et Lindy Chamberlain en leur temps. Les parallèles sont évidentes à tous ceux qui prennent la peine de rechercher l’affaire, le même modèle d’une enquête défectueuse, une même ruée vers un jugement. Le véritable meurtrier de Meredith Kercher Rudy Guede avait été identifié rapidement. Il avait très vite admis avoir été avec Meredith Kercher quand elle est morte et des preuves médico-légales solides l’avaient lié directement au crime. Il avait été dans la maison de la jeune fille qu’il connaissait à peine, il se trouvait à un endroit où il n’avait aucun raison ni aucun droit de se trouver. Son ADN a été retrouvé dans le vagin de la victime et il y avait du sperme entre les jambes de la jeune fille. Une affaire criminelle est rarement aussi claire que celle-ci, le crime si facile à résoudre et le dossier à clôturer.

Alors, comment se peut-il que le système judiciaire d’un pays occidental pouvait charger et condamner deux personnes supplémentaires, deux personnes innocentes en possession d’alibis et par des accusations basant sur aucun élément de preuve crédible les plaçant sur les lieux du crime ?

Bienvenue à Alice au pays des merveilles, style italien, où un accident de malveillance, d’accusation et d’incompétence a obstinément chassé deux étudiants et leurs familles pendant sept ans et plus maintenant.

Rudy Guede, 19 novembre 2007: « Amanda n'avait rien à faire avec [...] parce que je me suis battu avec un homme et elle n'était pas là.
19 novembre 2007: « Amanda n’avait rien à faire avec […] parce que je me suis battu avec un homme et elle n’était pas là. “

Il est un principe fondamental de justice que l’accusé a le droit de confronter son accusateur. Ce principe de droit est au centre de la Convention européenne des droits de l’homme. Rudy Guede a été jugé séparément dans une « procédure abrégée » de procès, une option prévue par la loi procédurale italienne (les procédures contre Rudy Guede et celles contre Amanda Knox et Raffaele Sollecito étaient séparées de droit), un procès durant lequel des décisions équivalentes ou déclarées à des «faits de loi par la force de la choses jugées» ont été prises et qui ont été déclarées valides, définitives et plus réversibles par aucune juridiction à l’encontre de Amanda Knox et de Raffaele Sollecito alors qu’ils n’étaient même pas participants ou prévenus à cette procédure et que leurs avocats se sont vu refuser le droit de contester. À ce jour il leur a été impossible de contre-interroger le témoin Rudy Guede tel que prévu par la loi italienne et européenne. Les décisions prises sont devenues « vérité judiciaire » en Italie et ont été utilisées par la Cour suprême italienne pour torpiller et d’annuler leur acquittement.

L’avocat de Raffaele Sollecito Giulia Bongiorno a disait que c’était la première fois que « deux personnes ont été reconnues coupables en l’absence te tout élément de preuve les liant au lieu du crime (à la scène du crime) ». Son autre avocat Luca Maori déclarait dans la documentation du procès «dans la plupart des pays occidentaux, la charge de la preuve revient à l’accusation. Il ne peut pas être autrement. Les accusés n’ont pas à prouver leur innocence. Dans ce cas nous étions ceux qui ont dû prouver notre innocence contre des preuves inexistantes. »

Les torsions et les tournants de l’affaire ont transpercé les lecteurs de la presse à sensation de trois pays. Un journal, le Daily Mail Britannique, est tellement obsédé par la vie d’Amanda Knox qu’il se paie le luxe d’un photographe chargé à la traquer dans les rues de Seattle et publier des photos la montrant boire son thé, faire du vélo et parler à des amis. Rarement la vie d’une personne innocente a été soumise à examen aussi minutieux, implacable et importun.

Mais le journalisme de la presse écrite et en ligne n’est qu’une partie de l’histoire. Les procès de Amanda Knox et de Raffaele Sollecito ont vu l’avènement de l’internet comme un moyen de taille pour la propagation de la haine. L’anonymat que l’internet offre a permis à une armée de trolls de les attaquer en permanence et sans aucune pitié. Des sites Web ont été spécialement mises en place à cet effet. Loin d’être intéressés à la vérité ou la justice, leur seul but est d’inventer, de répéter et de réchauffer les mensonges et les mythes depuis réfutés multiples fois aussi bien en dehors qu’à l’intérieur des Cours de justice.

Le but de ces trolls a été clairement énoncé depuis des décennies par Joseph Goebbels, « si vous racontez un mensonge assez important et continuez à le répéter, les personnes viendront finalement à le croire. » Par ce moyen, ils espèrent de réussir à voir refuser aux deux innocents leurs droits et surtout leur droit à être exonérés du crime.

Les prétendus « preuves » contre Knox et Sollecito rangent parmi les plus faux et risibles jamais présentées devant un tribunal. L’Etat d’Italie devrait être embarrassé que ses représentants aient osé prétendre que le tout présenté était d’une valeur probante.

Rien pointant vers Amanda Knox ou de Raffaele Sollecito a été trouvé dans la chambre où Meredith Kercher est morte. Les objets supposés les impliquer – un couteau et une agrafe de soutien-gorge sont scientifiquement caduque et logiquement non valide. Aucun procureur honnête n’aurait osé s’en servir. Mais dans ce cas, le procureur était tellement désireux à voir condamner que la liste des abus de procédure juridique normale italienne et européenne est longue de deux pages et qu’il existe une pétition exigeant une enquête approfondie quant au déni des droits des accusés.

Le technicien de laboratoire et expert en matière de l’ADN du procureur, Patrizia Stefanoni, a falsifié des documents et rendu double faux témoignage en ce qui concerne le couteau ; elle a détruit l’agrafe de soutien-gorge ; elle a retenu les résultats de tests qui prouvaient qu’ils n’existaient pas d’empreintes de pieds dans du sang sur les planchers de passage( jusqu’à mi-chemin du procès) et elle a supprimé plus de 100 profils d’ADN du lieu du crime.

Lorsque ces faits ont été révélés à la Cour, ils ont été largement ignorés par les journalistes qui ont soit dormi soit plaisanté dans une antichambre. Un seul des méfaits de Stefanoni aurait dû conduire à la fin du procès et à la libération des accusés. Chacun des méfaits aurait dû déclencher une enquête quant à ses pratiques frauduleuses suivie de son renvoi, d’une déposition de plaintes et des poursuites judiciaires pour entrave à la justice. Chaque dossier qu’elle a jamais traité aurait dû être ré-ouvert et de des nouveaux procès accordés aux personnes qu’elle a aidé à condamner.

Résumé de l'affaire : Antonio Curatolo : le témoin vedette.
Antonio Curatolo : Le témoin vedette.

Alors que l’expertise médico-légale correspondait plus à une blague scientifique, les témoins présentés par l’accusation ne s’en sortaient pas mieux. Ils trébuchaient sur leurs propres déclarations se présentaient comme toxicomanes confus ou des poseurs peu ou pas du tout fiables.

Les enquêteurs enregistraient et transcrivaient des milliers d’heures d’appels téléphoniques innocents et visites de prison tout en négligeant d’enregistrer le seul interrogatoire crucial d’Amanda Knox dont dépendait l’entièreté de l’affaire. L’on est vraiment dans l’impossibilité d’inventer ce genre de choses.

Ce site a été soigneusement assemblé par une équipe de personnes qui ont refusé à simplement attendre et regarder alors qu’une suffisance monstrueuse était imposée à deux jeunes innocents, à l’Italie et dernièrement et catégoriquement pas moins à la famille de la victime du meurtre Meredith Kercher. Veuillez lire ces pages. Vous serez choqué.

La famille de Meredith méritait tellement plus de la police, des enquêteurs et des tribunaux d’Italie, mais tous ont échoué. Les médias du pays de Meredith avaient une obligation de diligence et de prise en charge à l’encontre de sa famille, mais ils ont opté pour le scandale et le gain au lieu de la vérité. Les médias ont laissé tomber la famille de Meredith. Elle a droit à des excuses par les sangsues qui comptent prolonger leurs souffrances en délibérément déformant le cas er en harcelant les innocents.

Un jour la vérité de l’innocence de Amanda Knox et Raffaele Sollecito brillera clairement et vivement, et personne ne va plus la nier. Amanda Knox et Raffaele Sollecito ont souffert depuis trop longtemps. La famille Kercher a souffert depuis trop longtemps.

L’affaire Dreyfus a choqué France. La saga de Lindy Chamberlain a embarrassé l’Australie. Les procès de Amanda Knox et Raffaele Sollecito ont tâché la réputation de l’Italie. Leur traitement par les médias, en particulier en Grande-Bretagne, a été honteux, même selon les normes journalistiques faibles associé à ce pays.

Le cas d’erreur judiciaire le plus marquant du vingt et unième siècle n’est pas encore terminé. Mais la vérité ne peut pas être masquée. C’est ce site Web qui représente la vérité.

Cette page est également disponible en
Page in English Pagina in Italiano Seite auf Deutsch

Share Button
Sidebar